CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, Premier Site Avant-Gardiste d'Informations et de Promotion du Leadership des Jeunes de l'Afrique et du Monde | CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, L’Espace « Top-Médiatique » pour une Visibilité rayonnante de vos Produits, Marques, Activités, Œuvres et Services | Présidence de la RD Congo : Félix A. Tshilombo Tshisekedi a-t-il trahi le peuple congolais ou s'est lui-même livré à Joseph Kabila et associés ? | Immigration et Investissements en Afrique : les Chinois moins patrons et ouvriers à outrance pendant que les Occidentaux très largement patrons et rarement ouvriers | Kabila et Gbagbo : deux « Laurent » les plus controversés de l’histoire politique de l’Afrique noire? | SUIVEZ BIENTÔT MAX'ACHATS, LE JEU DES CONSOMMATEURS AVERTIS POUR UN DIVERTISSEMENT SAIN ET D'ÉPANOUISSEMENT EN RD CONGO ET À TRAVERS LE MONDE | Violences xénophobes en Afrique du Sud: comment sauvegarder l'image et l'esprit de ses 3 Prix Nobel de la Paix? | Circulez plus rapidement dans les stations de Métro de Montréal et rattraper plus vite vos autobus de correspondance, en téléchargeant et utilisant l’application « GPEX-MÉTRO » de Montréal (GPEX-MÉTRO de Montréal) | L'Afrique du Sud allège certaines mesures de lutte contre le coronavirus | Réouverture des frontières en RD Congo: la circulation entre Kinshasa et Brazzaville reste limitée | Montée en puissance des tribus en Libye: les Nations Unies et l'Union Africaine interpellées | Angélique Kidjo : « Le problème du racisme, c’est l’ignorance » | Massacre d'Ogossagou au Mali: le rapport de l'ONU met en cause de hauts responsables | Crise politique au Mali: espoir ou désespoir après visite du médiateur nigérian Goodluck Jonathan? | Sommet 5+1 de Poutine sur l'Iran: quid de la participation de Donald Trump? | Angola: le fils de l'ex-président Dos Santos condamné à cinq ans de prison | Le Premier ministre égyptien au Soudan pour discuter du barrage de la Renaissance | Guinée équatoriale: le gouvernement démissionne face à «une possible insolvabilité» du pays | Le Sénat du Burundi à la base d'un rapport des experts recommandant la demande de réparation à la Belgique et à l’Allemagne | Élection présidentielle EU du 3 novembre: Joe Biden a choisi la sénatrice de la Californie Kamala Harris comme colistière pour battre Donald Trump | INFOS COVID-19 au 15 août 2020: 21.157.777 cas à l'échelle mondiale dont 5.313.055 cas aux ÉU et 121.889 cas au Canada | INFOS COVID-19 des deux extrémités provinciales au Canada: Québec: 61 084 cas (5.719 décès) et 0 cas à Nunavut | Le Barça a détecté un cas positif au coronavirus parmi l'un des neuf joueurs qui a débuté la présaison le 12 août 2020

Grand témoignage

Claude Kazadi Lubatshi : chronique d’un francophone incorruptible

"Je ne peux point fléchir ou capituler devant toute personne physique ou morale mal intentionnée qui m’entraine consciemment ou inconsciemment, tente de m’aliéner, me corrompre ou me conditionner  intellectuellement, de force ou par abus d’autorité, à brader le prestige, la richesse, la préciosité et les normes de la langue française..."

D’entrée de jeu, en tant que citoyen du Québec respectueux des lois et de l’éthique, je voudrais souligner que je ne peux point fléchir ou capituler devant toute personne physique ou morale mal intentionnée qui m’entraine consciemment ou inconsciemment, tente de m’aliéner, me corrompre ou me conditionner  intellectuellement, de force ou par abus d’autorité, à brader le prestige, la richesse, la préciosité et les normes de la langue française, d'une part, et les dispositions de la Loi sur l'instruction publique au Québec, notamment en ce qui concerne la qualité de la langue écrite et parlée, d'autre part.  Langue en état, le français n'a pas de petits, de grands, de mineurs, de majeurs et d’exclusifs utilisateurs. Tout francophone est libre de choisir sa façon d’exprimer son attachement et sa fidélité à la langue française.

En sixième année primaire, je feuilletais déjà « Paris Match » que ma mère – esthéticienne kinésithérapeute de renom fréquentant les salons huppés -, nous apportait un jour avant la date de la parution inscrite sur la manchette. À l’école secondaire, je lisais avec un esprit déjà allumé « Jeune Afrique »

Personnellement, je ne suis pas venu au monde avec une cuillère en argent dans la bouche. Mais je suis une âme bien née, un certain 2 décembre à minuit mathématique, de parents congolais, originaire de la région du KasaÏ. Je suis issue d’une modeste famille de la classe moyenne pour laquelle l’éducation demeure le pilier de l’épanouissement de l’enfant. Sans fausse modestie, je suis parmi les rares élèves africains qui, à l’âge de 10 ans, partaient à l’école avec un lourd cartable contenant quelque 300 grammes de  journaux (les quotidiens Salongo et Élima) pour 5 kilos de livres, cahiers, compact, règle, stylos à bille et autres fournitures scolaires dont une boîte à lunch. Cela constituait environ 1/10 de mon poids. En sixième année primaire, je feuilletais déjà « Paris Match » que ma mère – esthéticienne kinésithérapeute de renom fréquentant les salons huppés -, nous apportait un jour avant la date de la parution inscrite sur la manchette. À l’école secondaire, je lisais avec un esprit déjà allumé « Jeune Afrique » et je savais dessiner de mémoire, crayon sur les bouts de doigts, la carte physique de l’Afrique, en y indiquant toutes les capitales politiques. Me souvenant toujours de Frantz Fanon, étant donné que l’Afrique a la forme d’un revolver dont la gâchette et les minutions se trouvent en RD Congo, à 12 ans, je savais déjà esquisser, à quelque défaillance près, le périmètre du territoire national de mon pays d’origine. Je dessinais psychiquement en français. En 3ème secondaire, je tombais en amour avec « le Bon Usage » de Maurice Grevisse, en me lançant dans la conquête des jeux et enjeux de la conjugaison française avec mon ami et frère Serge Mpanda, tous deux, yeux rivés sur "L'Art de conjuguer" de Louis-Nicolas Bescherelle appartenant à la grande-sœur Sylvie Mpanda, en son temps élève au Lycée Sacré-Cœur de la Gombe, à Kinshasa, capitale de la RD Congo. Je me rappelle aussi  de « Mon premier Larousse en couleur », « Mamadou et Bineta sont devenus grands », « À petits-pas », « À grands pas », « Au gré de vagues », « Auteurs français », etc…Des manuels très utiles pour l’enseignement  du français en RD Congo. Malheureusement, j’avais très rarement utilisé la série didactique « Savoir et savoir-faire ».  En 5ème année secondaire, j’avais presque mémorisé l’ouvrage « L’Histoire du monde contemporain » et en 6ème année, je savais réciter tous les grands moments de l’histoire politique, sociale, culturelle et économique du monde de 1901 à 1990, grâce à « La Chronique du 20ème siècle », éditée au complet par Catherine et Jacques Legrand, sans manquer de me référer à « Guinness », mon expert en superlatif (l’homme le plus petit, l’homme le plus âgé, etc.). Ces deux volumes de connaissances ont été mis à ma disposition par ma marraine, Petruc Helena, une roumaine mariée à un congolais. Un couple qui guida mes premiers pas d’orphelin de père pour la réussite et le succès scolaire ou universitaire. Durant mes vacances, j’aimais également beaucoup dessiner des cartes complexes illustrées dans  l’« Atlas Classique » de Pierre Gourou. Toujours et psychiquement en français,

 "J’avais à ma portée entre 24 et 32 journaux d'expression française à lire par jour"

À la deuxième année de mes études à l’Université de Kinshasa, j’avais à ma portée entre 24 et 32 journaux d'expression française à lire par jour. C’était pour moi, le plus grand privilège que je tirais de mon long séjour de 9 ans chez mon frère cousin, Mulombo Valentin Roger en acronyme Muvaro et en abrégé Muva. Ce denier fut le plus grand magnat de la presse congolaise, toutes tendances confondues. Je mets à défi quiconque qui me présente un homme, autre que Muvaro, qui eût le contrôle et la maîtrise des médias congolais comme cet ancien « Kassapard », maître en sciences sociales et politiques. C’est grâce à lui que j’ai rencontré, en personne stratégiquement effacée, des centaines de hauts responsables académiques, économico-financiers, politico-administratifs et militaires de l’ex-Zaïre, la RD Congo, aujourd’hui. En dehors de ceux-ci, Muvaro était aussi célèbre dans les milieux des sportifs (football, basketball, volleyball, catch, Boxe, etc.), des artistes musiciens et comédiens. Toujours en homme stratégiquement effacé, j’ai côtoyé de grandes artistes de la musique congolaises. Ce qui m’avait permis de collecter de précieuses informations de sources plus directes et crédibles. Mes talents d’étudiants entreprenant me permirent de faire déplacer deux chefs de missions diplomatiques pour une visite de courtoisie, s’agissant de l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de Belgique en RD Congo, et une visite d’au revoir, en ce qui concerne l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Confédération Helvétique (Suisse) au terme de son mandat en RD Congo. La suisse et la Belgique, deux pays emblématiques de l’espace francophone.

"Le français: la langue que j’ai spontanément adoptée, je promeus inconditionnellement et, surtout, je défends bec et ongle, en tout temps et en tout lieu"

Ce sont là mes premiers pas, repères et indices de mon exceptionnelle rencontre, ma complicité et ma chimie avec le français: la langue que j’ai spontanément adoptée, je promeus inconditionnellement et, surtout, je défends bec et ongle, en tout temps et en tout lieu.

Prochaine publication: différence entre phrase et texte


Retour à la liste

Tribune d'actualités