CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, Premier Site Avant-Gardiste d'Informations et de Promotion du Leadership des Jeunes de l'Afrique et du Monde | CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, L’Espace « Top-Médiatique » pour une Visibilité rayonnante de vos Produits, Marques, Activités, Œuvres et Services | Présidence de la RD Congo : Félix A. Tshilombo Tshisekedi a-t-il trahi le peuple congolais ou s'est lui-même livré à Joseph Kabila et associés ? | Immigration et Investissements en Afrique : les Chinois moins patrons et ouvriers à outrance pendant que les Occidentaux très largement patrons et rarement ouvriers | Kabila et Gbagbo : deux « Laurent » les plus controversés de l’histoire politique de l’Afrique noire? | SUIVEZ BIENTÔT MAX'ACHATS, LE JEU DES CONSOMMATEURS AVERTIS POUR UN DIVERTISSEMENT SAIN ET D'ÉPANOUISSEMENT EN RD CONGO ET À TRAVERS LE MONDE | Violences xénophobes en Afrique du Sud: comment sauvegarder l'image et l'esprit de ses 3 Prix Nobel de la Paix? | Circulez plus rapidement dans les stations de Métro de Montréal et rattraper plus vite vos autobus de correspondance, en téléchargeant et utilisant l’application « GPEX-MÉTRO » de Montréal (GPEX-MÉTRO de Montréal) | L'Afrique du Sud allège certaines mesures de lutte contre le coronavirus | Réouverture des frontières en RD Congo: la circulation entre Kinshasa et Brazzaville reste limitée | Montée en puissance des tribus en Libye: les Nations Unies et l'Union Africaine interpellées | Angélique Kidjo : « Le problème du racisme, c’est l’ignorance » | Massacre d'Ogossagou au Mali: le rapport de l'ONU met en cause de hauts responsables | Crise politique au Mali: espoir ou désespoir après visite du médiateur nigérian Goodluck Jonathan? | Sommet 5+1 de Poutine sur l'Iran: quid de la participation de Donald Trump? | Angola: le fils de l'ex-président Dos Santos condamné à cinq ans de prison | Le Premier ministre égyptien au Soudan pour discuter du barrage de la Renaissance | Guinée équatoriale: le gouvernement démissionne face à «une possible insolvabilité» du pays | Le Sénat du Burundi à la base d'un rapport des experts recommandant la demande de réparation à la Belgique et à l’Allemagne | Élection présidentielle EU du 3 novembre: Joe Biden a choisi la sénatrice de la Californie Kamala Harris comme colistière pour battre Donald Trump | INFOS COVID-19 au 15 août 2020: 21.157.777 cas à l'échelle mondiale dont 5.313.055 cas aux ÉU et 121.889 cas au Canada | INFOS COVID-19 des deux extrémités provinciales au Canada: Québec: 61 084 cas (5.719 décès) et 0 cas à Nunavut | Le Barça a détecté un cas positif au coronavirus parmi l'un des neuf joueurs qui a débuté la présaison le 12 août 2020

Grand témoignage

Neurochirurgie et pose de la minerve en Belgique : F. Tshisekedi ignore les universités, professeurs et neurochirurgiens congolais

Avec moins de 25.000$ le même acte médical pouvait être accompli, avec brio et en catégorie VIP, à Kinshasa

Des centaines de milliers d’euros (y compris les frais de voyage et séjour) partis en fumée, à plus de 7.000 kilomètres de Kinshasa, au détriment du misérable et pauvre contribuable congolais : œuvre du précédent président de l’Union africaine, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Pourtant, selon les avis des spécialistes en la matière, avec moins de 25.000$ le même acte médical pouvait être accompli, avec brio et en catégorie VIP, à Kinshasa, par une équipe de chevronnés chirurgiens congolais dont les professeurs docteurs Antoine Beltchika Kalubye (Université de Kinshasa/Président national de la société congolaise des neurochirurgiens),  Kalangu Kazadi Kaluile Ntenga (Université de Zimbabwe/Vice-président de la Fédération Mondiale de la Société de Neurochirurgie/World Federation of Neurochirurgical Society, Chef du département de Neurochirurgie, Directeur de l'école de spécialisation en Neurochirurgie, Directeur du département de Neurosciences, secrétaire Général de la Pan African Association of Neurological Sciences, PAANS), Jeff Ntalaja, Richard Mbwala et Dr Orphée Makiese.

Le professeur docteur Beltchika est, par ailleurs, très expérimenté et ainé scientifique du professeur belge Christian Raftopoulos que le président Félix Tshisekedi a vanté « anti-patriotiquement »

Formé à Toulouse par le regretté professeur Yves Laporte, neurophysiologue et ancien administrateur du collège de France, le professeur docteur Beltchika est, par ailleurs, très expérimenté et ainé scientifique du professeur belge Christian Raftopoulos que le président Félix Tshisekedi a vanté « anti-patriotiquement », dans la capitale belge, devant un public congolais  sous l’ivresse et l’euphorie fanatique causées par une « prétendue résurrection ». C’est aussi légitime et plus objectif de s’interroger sur le rôle et la mission  des médecins personnels du président de la république dont Christian Nsimba : ce dernier connait bien et fréquente des congolais surdoués en neurochirurgie exerçant à Kinshasa, à moins de 5 kilomètres du bureau du chef de l’État congolais. Un grand avantage comparatif en rapport avec le suivi médical.  

En plus, depuis mars 2016, un pôle spécialisé en neurochirurgie  mini-invasive d’hospitalisation à courte durée a été inauguré à la Clinique Ngaliema/Kinshasa. Celui-ci vise entre autres à alléger la charge sur le service des urgences et de réanimation en réduisant le temps d’hospitalisation et en évitant aux patients de contracter les maladies nosocomiales.

Le pôle spécialisé en neurochirurgie mini-invasive sous péridurale apporte une plus-value et une grande particularité : (1) le patient est opéré sans être totalement endormi; (2) pendant l’opération le malade peut parler; (3) l’intervention dure une heure; (4) le malade peut se relever quelques heures après et (5) sortir de l’hôpital le lendemain de l’intervention

Piloté spécialement par les médecins congolais et ceux de la diaspora qui sont rentrés au pays pour relever le niveau de la médecine en RD Congo, ce pôle est une première en Afrique et en RD Congo. Il fonctionne de manière permanente et accomplit de grandes interventions telles que la colonne vertébrale, la hernie discale cervicale et lombaire, la tumeur cérébrale. Il ambitionne même de soigner des cas d’épilepsie et de Parkinson.

Quoi de plus intéressant, le pôle spécialisé en neurochirurgie mini-invasive sous péridurale apporte une plus-value et une grande particularité : (1) le patient est opéré sans être totalement endormi; (2) pendant l’opération le malade peut parler; (3) l’intervention dure une heure; (4) le malade peut se relever quelques heures après et (5) sortir de l’hôpital le lendemain de l’intervention. Ces genres  de prouesses en intervention chirurgicale ne sont pas faites ailleurs en Afrique. C’est une première exclusivement en RD Congo et à moindre coût. Une telle intervention chirurgicale coûte plus de trente-cinq mille euros.

Au demeurant, ce pôle spécialisé en neurochirurgie est une grande innovation dans la médecine en RD Congo qui a occasionné, en l’espace de 6 ans, la réduction des cas d’expatriation médicale.

De 1987 à 2008, le Dr Beltchika sera le seul neurochirurgien dans le pays

Aujourd’hui, la RD Congo compte plus d’une dizaine de chirurgiens qui ont pour vocation la prise en charge des pathologies neurochirurgicales de ses millions d’habitants.Selon Incision RD Congo, l’histoire de la neurochirurgie congolaise remonte à 1979 avec le retour du feu Pr Shako Djunga qui avait reçu sa formation aux Etats-Unis et en Belgique. Dès son retour on lui affecte un jeune chirurgien généraliste en la personne du Dr Antoine Beltchika, qui restera auprès de lui pendant les 4 prochaines années. De 1983 à 1987, le Dr Beltchika sera formé à Toulouse dans le service de neurochirurgie du Pr Yves Laporte. A son retour, le Dr Beltchika va exercer l’activité neurochirurgicale aux Cliniques Universitaires de Kinshasa (CUK) et au Centre Neuro-PsychoPathologique (CNPP). De 1987 à 2008, le Dr Beltchika sera le seul neurochirurgien dans le pays. Il sera heureusement assisté par ses confrères et amis de la diaspora – Pr Kalangu Kazadi (Zimbabwé) et le Pr Jean-Pierre Kalala (Belgique). L’année 2008 marquera le début d’une nouvelle ère neurochirurgicale puisque le feu Dr Didier Mudjir (2008-2013) deviendra le deuxième neurochirurgien du pays en exerçant l’activité neurochirurgicale à la Clinique Ngaliéma. Ensuite en 2010, la RDC vera le retour d’un autre brilliant esprit – le Pr Glennie Ntsambi (CUK). Puis de 2013 à aujourd’hui, les ressources humaines neurochirurgicales ne cesseront d’augmenter avec la venue du Dr Jeff Ntalaja, Dr Charles Kashungulu, Dr Safari Mudekereza, Dr Trésor Ngamasata et le Dr Adalbert Shweka. En plus de ces six neurochirurgiens, la RDC bénéficiera de l’expertise des memebres de la diaspora neurochirurgicale – Dr Orphée Makiese (France) et Dr Lubansu (Belgique). Dans les trois à six prochaines années, neuf nouveaux neurochirurgiens termineront leurs formations au Zimbabwé, Maroc, Sénégal, Brésil et en Afrique du Sud.

Les efforts consentis montrent déjà des fruits puisque la RD Congo possède aujourd’hui du matériel de microchirurgie, chirurgie de l’hypophyse, des amplificateurs de brillance

Au vu du nombre croissant de neurochirurgiens, en 2015 la Société Congolaise de Neurochirurgie (SCNC) a vu le jour pour organiser les activités neurochirurgicales dans le pays. A la tête de cette société, le Dr Antoine Beltchika. La SCNC a décidé d’organiser le pays en des pools de neurochirurgie avec pour centre à Kisangani (Nord), Kinshasa (Ouest), Lubumbashi (Sud) et Bukavu (Est). Le directeur des pools de neurochirurgie et actuel secrétaire générale de la SCNC, Dr Jeff Ntalaja a récemment été nommé vice-président de la section francophone de l’Association Continentale des Sociétés de Neurochirurgie Africaines (CAANS) au Nigéria. Il travaille pour équiper chaque pool de neurochirurgie pour ainsi augmenter le nombre et le type d’interventions pratiquées en RD Congo. Les efforts consentis montrent déjà des fruits puisque la RD Congo possède aujourd’hui du matériel de microchirurgie, chirurgie de l’hypophyse, des amplificateurs de brillance et très prochainement du matériel de type CUSA (Cavitron Ultrasonographic Surgical Aspirator) utilisé en neurooncologie et du matériel pour la chirurgie stéréotaxique.

Félix Tshisekedi s’est distingué dans l’antinationalisme et l’antipatriotisme tout en décourageant les neurochirurgiens congolais (parmi des milliers de médecins congolais) et en occasionnant la fuite des cerveaux vers l’occident

En définitive, par son choix de ressources humaines et sa communication publique à Bruxelles relatifs à son état de santé actuel, le président Félix Tshisekedi s’est distingué dans l’antinationalisme et l’antipatriotisme tout en décourageant les neurochirurgiens congolais (parmi des milliers de médecins congolais) et en occasionnant la fuite des cerveaux vers l’occident.


Retour à la liste

Tribune d'actualités