CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, Premier Site Avant-Gardiste d'Informations et de Promotion du Leadership des Jeunes de l'Afrique et du Monde | CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, L’Espace « Top-Médiatique » pour une Visibilité rayonnante de vos Produits, Marques, Activités, Œuvres et Services | Présidence de la RD Congo : Félix A. Tshilombo Tshisekedi a-t-il trahi le peuple congolais ou s'est lui-même livré à Joseph Kabila et associés ? | Immigration et Investissements en Afrique : les Chinois moins patrons et ouvriers à outrance pendant que les Occidentaux très largement patrons et rarement ouvriers | Kabila et Gbagbo : deux « Laurent » les plus controversés de l’histoire politique de l’Afrique noire? | SUIVEZ BIENTÔT MAX'ACHATS, LE JEU DES CONSOMMATEURS AVERTIS POUR UN DIVERTISSEMENT SAIN ET D'ÉPANOUISSEMENT EN RD CONGO ET À TRAVERS LE MONDE | Violences xénophobes en Afrique du Sud: comment sauvegarder l'image et l'esprit de ses 3 Prix Nobel de la Paix? | Circulez plus rapidement dans les stations de Métro de Montréal et rattraper plus vite vos autobus de correspondance, en téléchargeant et utilisant l’application « GPEX-MÉTRO » de Montréal (GPEX-MÉTRO de Montréal) | L'Afrique du Sud allège certaines mesures de lutte contre le coronavirus | Réouverture des frontières en RD Congo: la circulation entre Kinshasa et Brazzaville reste limitée | Montée en puissance des tribus en Libye: les Nations Unies et l'Union Africaine interpellées | Angélique Kidjo : « Le problème du racisme, c’est l’ignorance » | Massacre d'Ogossagou au Mali: le rapport de l'ONU met en cause de hauts responsables | Crise politique au Mali: espoir ou désespoir après visite du médiateur nigérian Goodluck Jonathan? | Sommet 5+1 de Poutine sur l'Iran: quid de la participation de Donald Trump? | Angola: le fils de l'ex-président Dos Santos condamné à cinq ans de prison | Le Premier ministre égyptien au Soudan pour discuter du barrage de la Renaissance | Guinée équatoriale: le gouvernement démissionne face à «une possible insolvabilité» du pays | Le Sénat du Burundi à la base d'un rapport des experts recommandant la demande de réparation à la Belgique et à l’Allemagne | Élection présidentielle EU du 3 novembre: Joe Biden a choisi la sénatrice de la Californie Kamala Harris comme colistière pour battre Donald Trump | INFOS COVID-19 au 15 août 2020: 21.157.777 cas à l'échelle mondiale dont 5.313.055 cas aux ÉU et 121.889 cas au Canada | INFOS COVID-19 des deux extrémités provinciales au Canada: Québec: 61 084 cas (5.719 décès) et 0 cas à Nunavut | Le Barça a détecté un cas positif au coronavirus parmi l'un des neuf joueurs qui a débuté la présaison le 12 août 2020

Grand témoignage

Révélations sur les agressions sexuelles: un rêve cauchemardesque sur un pasteur congolais de Montréal

Des cas d’inconduite sexuelle foisonnent dans le milieu pastoral des communautés congolaises à travers le monde

Depuis plus d’une décennie, de nombreux acteurs publics dont des stars de la musique telles que R-Kelly et Koffi Olomide sont de plus en plus indexés comme auteurs d’agression sexuelle. Décidemment, des cas d’inconduite sexuelle foisonnent dans le milieu pastoral des communautés congolaises à travers le monde. La série de dénonciation pourrait continuer, après la condamnation du révérend Paul Mukendi à 8 ans de prison par la Cour de Québec, au mois de juillet dernier, et de William Emeka, le pasteur de 48 ans, à 37 ans de prison, par la Haute cour de Prétoria.

William Emeka est condamné pour avoir violé et agressé sexuellement cinq femmes membres de sa congrégation, entre 2015 et 2018

Particulièrement, William Emeka est condamné pour avoir violé et agressé sexuellement cinq femmes membres de sa congrégation, entre 2015 et 2018 à Bronkhorstspruit et ses environs. En tout, 19 chefs d’accusation de viol, trois chefs d’agression sexuelle, de séjour illégal dans le pays et de possession/ou d’utilisation d’un faux permis de séjour permanent ont été retenus contre lui. L’Autorité nationale des poursuites (NPA) du Gauteng en Afrique du sud, a déclaré que le modus operandi de William Emeka, le pasteur de 48 ans, était de dire aux victimes qu’elles avaient un problème qu’il pouvait résoudre en priant pour elles et en les « bénissant ». Ainsi, il profitait d’être seul avec ses victimes pour abuser d’elles.

Le tribunal a ordonné que William Emeka soit ajouté au registre national des délinquants sexuels

« William Emeka a dit à l’une de ses victimes qui aidait également à garder les enfants de ce dernier (William Emeka) qu’en couchant avec elle, il l’aidait à sortir des choses qui étaient en elle, et jusqu’à ce que ces choses sortent, elle ne pourrait pas concevoir », a déclaré North Lumka Mahanjana, porte-parole du Gauteng NPA. En 2018, les femmes ont cessé d’aller à l’église, alors qu’il a également fait la déclaration bizarre à la congrégation qu’il avait fait « disparaître » la grossesse d’une femme. Il a finalement été arrêté en 2018 après que ses victimes l’ont dénoncé à un autre pasteur, qui les a encouragés à se rendre à la police. North Lumka Mahanjana a aussi déclaré qu’une des victimes de William Emeka est tombée enceinte à la suite du viol et n’a pas pu déterminer si le père de son enfant était le pasteur ou son mari. « Lorsque la femme a témoigné devant le tribunal, les résultats ADN pour déterminer qui était le père n’étaient pas encore connus », a déclaré Mahanjana. Compte tenu de la gravité du crime, le tribunal a ordonné que William Emeka soit ajouté au registre national des délinquants sexuels et il a été déclaré inapte à posséder une arme à feu.

Madame MM aurait rêvé plus d’une fois un pasteur congolais de Montréal accusé d’agression sexuelle sur une mineure, quelques années avant la création de son temple de prière

Le série de révélations pourrait continuer : Madame MM aurait rêvé plus d’une fois un pasteur congolais de Montréal accusé d’agression sexuelle sur une mineure, quelques années avant la création de son temple de prière.  La rêveuse situe le déroulement du drame entre 2017 et 2018 à Montréal, au Québec. Madame MM aurait vu, au cours de son rêve cauchemaresque, Madame XX, une jeune femme monoparentale travaillant la nuit, venir solliciter la garde de sa fillette, Mademoiselle ZZ, auprès de son amie Madame YY. Celle-ci avait fait un petit déplacement et devait retourner rapidement, selon les dires de son époux, Monsieur XY trouvé sur place. Remarquant que son amie, Madame YY, ne revenait toujours pas et que l’heure du début du travail arrivait, la jeune femme, Madame XX, était obligée de confier sa fillette ZZ à l’époux de son amie, Monsieur XY, pour la récupérer le lendemain, après la fin du travail. Pourtant, Monsieur XY savait bel et bien que son épouse, Madame YY, n’allait pas revenir à la maison cette nuit-là. Car elle devait assurer en permanence la garde de leur enfant gravement malade et hospitalisé. Malheureusement pour la jeune femme monoparentale XX, l’époux de son amie abusera de sa fillette durant la nuit. Le matin du jour suivant, Madame XX était venue récupérer sa fillette. A sa grande surprise, sa fillette n’était pas confortable sur le siège, dans la voiture : elle dira à sa mère qu’elle avait mal.  « À quel endroit as-tu mal? », questionnait Madame XX à sa fillette ZZ. Celle-ci indexe son organe génital. Quand Madame XX a essayé d’y toucher, sa fillette la repoussait. Car elle ressentait une forte douleur. « Qui y a touché? », questionnait la jeune femme monoparentale à sa fillette : « c’est tonton », retorquait cette dernière. « Quel tonton? Là où je t’avais laissée pour la garde la nuit? » : « Oui, c’est lui », réplique la fillette ZZ. Après une consultation médicale d’urgence, le médecin avait isolé et confirmé les marques d’une agression sexuelle.

Aucune raison ne peut justifier son refus de porter plainte contre l'agresseur sexuel de sa propre fille. En totale liberté, cet agresseur pourrait davantage poser des actes ignobles et criminels dans la société

Curieusement, afin de sauvegarder ses relations avec son amie YY et la famille de l’agresseur sexuel - craignant la sanction pénale -, la jeune femme monoparentale XX n’a jamais dénoncé ce crime imprescriptible et ignoble devant les instances judiciaires appropriées. Voilà que les droits de la victime d’agression sexuelles sont bafoués et son avenir sacrifié par sa propre mère. Celle-ci s’est ainsi constituée complice de l’agresseur sexuel qui, par un coup de baguette magique, s’est transformé pasteur et homme de Dieu : de nouvelles fonctions pour cacher ses crimes odieux, manipuler et escroquer facilement des personnes spirituellement, moralement, mentalement, socialement et économiquement vulnérables, des naïves gens et faibles d’esprit dont les personnes en situation précaire, les immigrants instables ou les nouveaux arrivants à Montréal. Madame MM affirme que son rêve s’est principalement déroulé à Montréal avec quelques images des lieux publics de Kinshasa et de Johannesburg. Au-delà du rêve, la jeune femme monoparentale est poursuivable et passible d'une lourde peine en tant que complice de l'agresseur. Aucune raison ne peut justifier son refus de porter plainte contre l'agresseur sexuel de sa propre fille. En totale liberté, cet agresseur pourrait davantage poser des actes ignobles et criminels dans la société. 

 

 


Retour à la liste

Tribune d'actualités