CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, Premier Site Avant-Gardiste d'Informations et de Promotion du Leadership des Jeunes de l'Afrique et du Monde | CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, L’Espace « Top-Médiatique » pour une Visibilité rayonnante de vos Produits, Marques, Activités, Œuvres et Services | Présidence de la RD Congo : Félix A. Tshilombo Tshisekedi a-t-il trahi le peuple congolais ou s'est lui-même livré à Joseph Kabila et associés ? | Immigration et Investissements en Afrique : les Chinois moins patrons et ouvriers à outrance pendant que les Occidentaux très largement patrons et rarement ouvriers | Kabila et Gbagbo : deux « Laurent » les plus controversés de l’histoire politique de l’Afrique noire? | SUIVEZ BIENTÔT MAX'ACHATS, LE JEU DES CONSOMMATEURS AVERTIS POUR UN DIVERTISSEMENT SAIN ET D'ÉPANOUISSEMENT EN RD CONGO ET À TRAVERS LE MONDE | Violences xénophobes en Afrique du Sud: comment sauvegarder l'image et l'esprit de ses 3 Prix Nobel de la Paix? | Circulez plus rapidement dans les stations de Métro de Montréal et rattraper plus vite vos autobus de correspondance, en téléchargeant et utilisant l’application « GPEX-MÉTRO » de Montréal (GPEX-MÉTRO de Montréal) | L'Afrique du Sud allège certaines mesures de lutte contre le coronavirus | Réouverture des frontières en RD Congo: la circulation entre Kinshasa et Brazzaville reste limitée | Montée en puissance des tribus en Libye: les Nations Unies et l'Union Africaine interpellées | Angélique Kidjo : « Le problème du racisme, c’est l’ignorance » | Massacre d'Ogossagou au Mali: le rapport de l'ONU met en cause de hauts responsables | Crise politique au Mali: espoir ou désespoir après visite du médiateur nigérian Goodluck Jonathan? | Sommet 5+1 de Poutine sur l'Iran: quid de la participation de Donald Trump? | Angola: le fils de l'ex-président Dos Santos condamné à cinq ans de prison | Le Premier ministre égyptien au Soudan pour discuter du barrage de la Renaissance | Guinée équatoriale: le gouvernement démissionne face à «une possible insolvabilité» du pays | Le Sénat du Burundi à la base d'un rapport des experts recommandant la demande de réparation à la Belgique et à l’Allemagne | Élection présidentielle EU du 3 novembre: Joe Biden a choisi la sénatrice de la Californie Kamala Harris comme colistière pour battre Donald Trump | INFOS COVID-19 au 15 août 2020: 21.157.777 cas à l'échelle mondiale dont 5.313.055 cas aux ÉU et 121.889 cas au Canada | INFOS COVID-19 des deux extrémités provinciales au Canada: Québec: 61 084 cas (5.719 décès) et 0 cas à Nunavut | Le Barça a détecté un cas positif au coronavirus parmi l'un des neuf joueurs qui a débuté la présaison le 12 août 2020

Grand témoignage

Vers la liquidation de la Francophonie par Macron à la traine de Kagame?

Substantiellement, dans ce petit pays de près de 12 millions d’habitants, le français est resté limité à son élite et disposerait seulement d’un faible pourcentage de francophones

Depuis 2018, une des personnes de confiance de Paul Kagame, Louise Mushikiwabo, trône à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l’issue des élections controversées d’Octobre 2018 ayant réuni à Erevan (Arménie) les chefs d’État et de gouvernement des pays membres de la structure prénommée, à la surprise générale des dirigeants de 88 pays francophones qui partagent le « français » comme langue de communication dans l’administration et l’éducation. En effet, un mariage « incestueux » entre Kagame et Macron aurait justifié contre toute attente le soutien indéfectible de la Grande France au cœur de l’Europe vis-à-vis de ce pays de Mille collines de l’Est de l’Afrique. Ce dernier ayant renié publiquement et avec mépris la langue française pour s’affilier aux pays du Commonwealth et décidé ainsi que l’anglais était désormais la langue officielle de son pays. Substantiellement, dans ce petit pays de près de 12 millions d’habitants, le français est resté limité à son élite et disposerait seulement d’un faible pourcentage de francophones (entre 5 et 10%). À titre d’illustration, le président Paul Kagame ne s’exprime qu’en anglais et en kinyarwanda, la langue nationale autochtone.

Des observateurs avertis se posent la question de savoir ce que vise le duo « Macron—Kagame » pour cette organisation chère aux Amoureux inconditionnels de la « langue de Molière »

Mais là n’est point le problème! Lorsque Madame Mushikiwabo arrive à la tête de la Francophonie, l’organisation traverse des moments difficiles sur le plan administratif et financier, un héritage controversé de l’administration précédente. L’OIF compterait ainsi sur la nouvelle administration pour requinquer son rayonnement et son image. Malheureusement, c’est sans compter sur la nature humaine. Depuis que la nouvelle animatrice a pris les commandes de l’OIF, les scandales se multiplient au point que des observateurs avertis se posent la question de savoir ce que vise le duo « Macron—Kagame » pour cette organisation chère aux amoureux de la « langue de Molière ». La France se reprocherait-elle quelque chose pour soutenir de manière dictatoriale et sans considération aucune aux chefs d’État et des gouvernements présents à Erevan, la candidature de l’ancienne ministre des Affaires étrangères du Rwanda?

Dans un rapport publié par un cabinet américain recruté par Madame Mushikiwabo pour transformer l’OIF, le document pointe pourtant des nominations de complaisance pour celle qui devrait redonner à l’organisation sa plus belle parure

Sur le plan administratif, selon des sources crédibles, la secrétaire générale brille par une opacité outrancière dans ses recrutements aux postes de direction. D’une part, aucune offre d’emploi n’a été publiée afin de doter les postes des directeurs au sein de l’OIF, outrepassant toutes les règles du Statut du personnel de l’OIF qui définit les principes généraux, conditions d’emploi, droits, avantages, obligations et devoirs des membres du personnel. Dans un rapport publié par un cabinet américain recruté par Madame Mushikiwabo pour transformer l’OIF, le document pointe pourtant des nominations de complaisance pour celle qui devrait redonner à l’organisation sa plus belle parure. D’autre part, elle aurait installé la politique de chasse aux sorciers, ayant pour objectif de balayer toutes les personnes recrutées et/ou promues par l’ancienne Secrétaire Générale de l’OIF, Madame Michaëlle Jean qui, selon certaines langues, agissait en toute rigueur et transparence selon les règles d’usage.

 Le journal « Libération » épingle le (dys)—fonctionnement de l’OIF en ces termes « Management vertical, dépenses excessives, gestion financière opaque

Au plan financier, le journal « Libération » épingle le (dys)—fonctionnement de l’OIF en ces termes « Management vertical, dépenses excessives, gestion financière opaque, … », ce qui est le strict opposé à ce que Madame Mushikiwabo avait promis en 2018 à l’issue de son élection. 

Ces deux facteurs mis ensemble, les observateurs avertis se rendent rapidement compte que cette organisation va droit au gouffre et ne saurait pas faire face à d’autres organisations plus crédibles. Il est temps, que l’on puisse relever cette haute imposture à la tête de l’OIF, si l’on veut que la langue française puisse survivre. En effet, si des mécontentements se multiplient, essentiellement dans les pays africains qui ont été floués par le président français Macron, cette organisation va tout simplement s’effondrer. Et ce serait dommage.

Le premier ministre, François Legault, a récemment décidé de réformer, avec l’implication du gouvernement fédéral du Canada, la loi 101 — le « rempart » protégeant le français des assauts de l’anglais depuis près de 45 ans

Par ailleurs, la Francophonie ne peut mieux accompagner la langue française à travers le monde que si et seulement si le leadership au sommet de la Francophonie rime et s’allie linguistiquement, socialement, politiquement et culturellement avec les efforts de ses pays membres. C’est le cas de l’initiative louable du Québec dont le premier ministre, François Legault, a récemment décidé de réformer, avec l’implication du gouvernement fédéral du Canada, la loi 101 — le « rempart » protégeant le français des assauts de l’anglais depuis près de 45 ans — au moyen des mesures « raisonnables » recensées par le ministre Simon Jolin-Barrette. Ce dernier rassure que le Projet de Loi sur la langue officielle et commune du Québec, le français donne l’« espoir » d’une « relance linguistique », et ce, « dans le respect le plus complet des institutions de la communauté anglo-québécoise. Ainsi, le premier ministre François Legault a appelé les Québécois à se rallier autour de la langue française comme ils le feraient autour du drapeau. « La défense du français, c’est essentiel pour la survie, puis le développement de notre nation », a-t-il souligné


Retour à la liste

Tribune d'actualités