CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, Premier Site Avant-Gardiste d'Informations et de Promotion du Leadership des Jeunes de l'Afrique et du Monde | CENT TAMBOURS MILLE TROMPETTES, L’Espace « Top-Médiatique » pour une Visibilité rayonnante de vos Produits, Marques, Activités, Œuvres et Services | Présidence de la RD Congo : Félix A. Tshilombo Tshisekedi a-t-il trahi le peuple congolais ou s'est lui-même livré à Joseph Kabila et associés ? | Immigration et Investissements en Afrique : les Chinois moins patrons et ouvriers à outrance pendant que les Occidentaux très largement patrons et rarement ouvriers | Kabila et Gbagbo : deux « Laurent » les plus controversés de l’histoire politique de l’Afrique noire? | SUIVEZ BIENTÔT MAX'ACHATS, LE JEU DES CONSOMMATEURS AVERTIS POUR UN DIVERTISSEMENT SAIN ET D'ÉPANOUISSEMENT EN RD CONGO ET À TRAVERS LE MONDE | Violences xénophobes en Afrique du Sud: comment sauvegarder l'image et l'esprit de ses 3 Prix Nobel de la Paix? | Élections fédérales au Canada: Justin Trudeau se réjouit de 600.000 emplois créés, du taux de chômage historiquement bas, de la meilleure qualité de vie pour les aînés | RD Congo/Bruxelles : Les familles biologique et politique d’Etienne Tshisekedi en conférence de presse ce lundi 13 février 2017 | RCA: la Minusca intervient en force contre une colonne de l'ex-mouvement rebelle « Seleka » | Gambie : départ en exil de Yahya Jammeh, après 22 ans de dictature | Par voie référendaire, les Suisses acceptent de faciliter la naturalisation des petits-enfants d’immigrés | Sondage « Élysée 2017 » : « Penelope gate » fragilise le candidat des Républicains (Droite francaise), François Fillon | Frank-Walter Steinmeier, le nouveau président allemand (poste essentiellement honorifique) | La Corée du Nord a tiré son premier missile depuis l'élection de Trump | MOIS DE L’HISTOIRE DES AFRO-AMÉRICAINS : MICHELLE ET BARACK OBAMA, MEILLEUR COUPLE DU QUINQUENNAT 2011-2016 | Parti Libéral du Canada/Québec : Cocktail de la Commission du multiculturalisme ce 17 février 2017 à la Plaza situé au 420, Sherbrooke-Ouest à Montréal Centre-ville (Métro Place des Arts) | Leadership féminin à grand impact : Mamie Selemona Lokota, plus qu’efficace et toujours en action au Québec! | Leadership féminin à grand impact : Kathia St-Victor, jeune entrepreneure, multi-visionnaire et fondatrice du Salon des Jeunes Entrepreneurs International | La 1ère édition du Programme Montréal-CAN (PROMONT-CAN/Gabon 2017) initié par « CTMT s.a.r.f. » et parrainé par l’Ambassade du Gabon au Canada, a été clôturée à l’espace Mushagalusa le 5 février 2017 sous la musique du Cameroun, Champion | Circulez plus rapidement dans les stations de Métro de Montréal et rattraper plus vite vos autobus de correspondance, en téléchargeant et utilisant l’application « GPEX-MÉTRO » de Montréal (GPEX-MÉTRO de Montréal) | FIL'ACTION, Partenaire sûr de l’entreprenariat et de la créativité africains à Montréal | NÉCROLOGIE : Décès inopiné de Maître BOKUMA ETIKE Nestor, avocat près la Cour d'Appel de Kinshasa/Gombe et Procureur général de la République honoraire. Paix éternelle à l’âme de l’Illustre disparu et condoléances à la famille éprouvée | Banque numéro UN en RD Congo, RAWBANK élue parmi les Meilleures Banques en Afrique pour l’année 2016 | Banque numéro UN en RD Congo, RAWBANK élue parmi les Meilleures Banques en Afrique pour l’année 2016 | Banque numéro UN en RD Congo, RAWBANK élue parmi les Meilleures Banques en Afrique pour l’année 2016

Grand témoignage

Claude KAZADI LUBATSHI pour une révolution républicaine en RD Congo

 

Claude Kazadi Lubatshi figure parmi les initiateurs du mouvement « Mission Nouvelle » dans les années 1999 à l’Université de Kinshasa, considérée comme la 25ème commune de la ville province de Kinshasa. Il est également initiateur de l’association « Cent Tambours Mille Trompettes » en 1997. Dans ce cadre, il a réussi à organiser, avec succès, des dizaines d’activités et actions en faveur de la jeunesse, des populations locales, nationales et internationales. Il fait fonctions actuellement d’Administrateur directeur général de l’entreprise « Cent Tambours Mille Trompettes s.a.r.f. » développant un site d’informations et de promotion du leadership des jeunes de l’Afrique et du monde.

À la rédaction du site d’informations « Cent Tambours Mille Trompettes », Claude Kazadi Lubatshi donne un nouvel éclairage sur le mouvement « Mission Nouvelle », dix jours après l’interview du Néo-Missionnaire Alain Daniel Shekomba Okende face à la presse de la RD Congo.

« Je soutiens totalement les propos du Néo-Missionnaire Alain Daniel Shekomba Okende et invite toutes les couches sociales de la RD Congo, particulièrement les jeunes, à adhérer sans hésitation et massivement au mouvement « Mission Nouvelle », afin d’être réellement acteurs, artisans et porteurs du destin national »

CTMT : Au cours d’une webconférence de presse animée à partir de Madrid en Espagne, le 20 juillet dernier, Alain Daniel Shekomba, un des fondateurs de « Mission Nouvelle » avait endossé les grandes lignes du Manifeste de ce mouvement qui prône substantiellement pour une véritable révolution sociopolitique en RD Congo, après les révolutions ratées du 24 novembre 1965 et du 17 mai 1997. Qu’en dites-vous, en tant que cofondateur et grand témoin de l’expansion de ce mouvement et groupe de pression?

CKL : Depuis le 24 avril 1990, le processus démocratique a été entamé en RD Congo sous le régime Mobutiste. Pour juguler la crise multiforme qui prévaut au pays, en l’espace d’environ un quart de siècle, de Mobutu aux Kabila père et fils, de nombreux textes, rencontres et formules politiques d’exception ont été proposés au cours des épisodes circonscrits dans un cadre voulu démocratique et mettant toujours  en exergue le pouvoir et le contre-pouvoir. Au regard des résultats réels aux plans politique, économique et socioculturel, il se dégage effectivement une série des systèmes politiques aux contours démocratiques et républicains flous ou clairs obscures, une démocratie pratiquement confisquée et embrouillée, d’en haut, par des élites civiles et militaires, et, par conséquent, caricaturée en longueur des journées, d’en bas, par une population déboussolée, plus que trahie et en quête perpétuelle de son salut, d’un système et d’un jeu politiques clairs et sûrs garantissant une paix, une prospérité et un bien-être durables à partager constamment et sans crainte aucune avec les autres peuples de la planète. Il est donc plus que temps de faire harmonieusement et tranquillement un retour collectif aux sources véritables de la république, accomplir ensemble une révolution véritablement républicaine. Je suis personnellement persuadé que c’est grâce aux attitudes néo-missionnaires, la RD Congo sera, en effet, une citadelle des bâtisseurs et de l'harmonie. C’est ici aussi le lieu de rappeler que, dans un contexte de crise majeure en RD Congo, toute déclaration d’un quelconque politicien vantant son expérience  en tant qu’ animateur principal de l’appareil judiciaire, d’une des chambres du parlement et plusieurs fois du gouvernement congolais pendant des décennies successives est plus qu’une insulte, une provocation grave lancée au peuple congolais. Et qu’à l’avenir, avec le soutien de « Mission Nouvelle »  toute déclaration du genre constituerait un motif d’enquête judiciaire sur le rôle d’un tel acteur politique durant ces décennies successives de gestion du pays débouchant sur une spirale de catastrophes économiques et humanitaires. De 1960 à ce jour, l’échec dans l’organisation de la vie républicaine est donc criant et honteux pour nous tous congolais. C’est pourquoi moi aussi je prône pour l’accomplissement tranquille  d’une révolution véritablement républicaine en RD Congo au lieu d’une simple compétition électorale. Les élections ne constituant pas une panacée.

« Est-ce normal, braquant mon regard sur mes compatriotes amoureux du football, que depuis 1974, année du combat de boxe du siècle opposant Mohamed Ali à Georges Foreman,   jusqu’à ce jour, voici 40 ans, que des milliers de travailleurs congolais ne soient capables que de se payer des places au pourtour du stade Tata Raphaél ou au stade des Martyrs ? »

CTMT : Comment réussir durablement cette révolution républicaine?

CKL : Pour  « Mission Nouvelle », l’attribution du pouvoir d’achat et de participation civique et politique au peuple congolais figure parmi les démarches de base en vue de l’accomplissement d’une telle révolution. Primo, le pouvoir d’achat passe par l’humanisation des bases de recouvrement et de distribution du revenu national, l’amélioration des salaires assortie de la fixation d’un salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) publiquement et régulièrement suivi, la lutte véritable de l’enrichissement sans cause avec instauration d’un service public chargé d’inspecter les sources et facteurs d’accumulation des biens et avoirs des personnes. De « faux bourgeois », comptés parmi d’anciens et d’actuels gestionnaires des biens et avoirs de la république, dégagent malheureusement et excessivement l’odeur de la misère et de pauvreté à travers les rues de Kinshasa et  dans les provinces.   La pauvreté et la misère ayant atteint les limites de l’inacceptable de l’entendement humain dans ce riche et beau pays. Est-ce normal, braquant mon regard sur mes compatriotes amoureux du football, que depuis 1974, année du combat de boxe du siècle opposant Mohamed Ali à Georges Foreman,   jusqu’à ce jour, voici 40 ans, que des milliers de travailleurs congolais ne soient capables que de se payer des places au pourtour du stade Tata Raphaél ou au stade des Martyrs ? Autrement dit, depuis 40 ans, des milliers de travailleurs congolais ne savent pas se payer un droit d’accès à la tribune latérale, centrale ou d’honneur du Stade Tata Raphaël ou du Stade des Martyrs de la Pentecôte. C’est inconcevable ! Rappelons que 40 ans est un chiffre magique dans la vie d’un homme : il est né, il a grandi, il travaille et est devenu un adulte RESPONSABLE. Mais en RD Congo, la vie socio-économique maintient les gens dans une forme d‘infantilisation chronique. Des personnes à qui on doit acheter du pain et du lait au lieu qu’ils achètent eux du pain et du lait à leurs propres enfants. Cette image n’est pas caricaturale, elle est l’image réelle de la société RDCongolaise. Voilà pourquoi « Mission Nouvelle » s’investit depuis près de 15 ans, pour que les choses changent réellement et radicalement en RD Congo. Avec « Mission Nouvelle », elles vont CHANGER. (photo stade 20 mai) Cependant, « Mission Nouvelle » est  contre la culture de l’immédiateté et le désir immodéré aux gains faciles que développent certains jeunes, des fois en complicité avec leurs parents et encadreurs. « Mission Nouvelle » est aussi en opposition contre les « fils à papa » majeurs  scandaleusement jouisseurs et perturbateurs de l’ordre public appelés à se transformer en « fils à papa » travailleurs, serviteurs, disciplinés et facteurs de l’ordre.

« En prison, en incapacité physique ou intellectuelle avérée, en soins intensifs, éprouvé, en période cruciale d’études ou de formation, le chef ou l’autorité morale du parti, l’actionnaire majoritaire ou principal, a la voix prépondérante, use de son veto et impose sa signature. Ainsi fonctionnent la majorité des partis politiques congolais »

Secundo, attribuer le pouvoir de participation civique et politique au peuple congolais du simple fait qu’à l’heure actuelle, au regard de l’extrême pauvreté et de la misère noire des populations congolaises, les partis politiques, visant la conquête et l’exercice du pouvoir ainsi que la gestion des affaires publiques, sont majoritairement des affaires de personnes, des individus dont la plupart sont d’actuels ou d’anciens gestionnaires du pouvoir en place et de l’opposition « toutes tendances confondues »  ayant puisé dans le trésor public, afin d’obtenir des papiers d’agrément et de l’assise populaire. Presque une arnaque publique qui permet aux actionnaires politiques de confisquer les organes de gestion et de décision de parti politiques par des nominations des cadres et les élections des animateurs des petites cellules du parti politique ( à la base) dotées malheureusement des pouvoirs plus que virtuels…inexistants. L’autorité morale du parti politique, c’est la personne qui apporte le gros du financement, d’éternels présidents comparables à des chefs coutumiers. Les militants dont des jeunes dépourvus de moyens d’acquisition d’une carte de membre ou de cotisation régulières ou spéciales, sont instrumentalisés, fanatisés, embauchés pour mobiliser, animer, chanter, danser, porter les mallettes des actionnaires des partis politiques et, des fois, accomplir de basses besognes ou des actes contre-productifs pour la république. Combien de chefs de partis ont été élu depuis le 24 avril 1990 en RD Congo? Combien de mouvements d’alternance à la gestion des partis politiques ont été enregistrés, hormis le transfert d’autorité à caractère hautement subjectif de père au fils ou de l’époux à l’épouse, ou encore du grand frère au petit frère d’une famille et vice-versa? Quels ont été les actes des congrès de partis politiques en matière d’alternance dans la direction des partis politiques? En prison, en incapacité physique ou intellectuelle avérée, en soins intensifs, éprouvé, en période cruciales d’études ou de formation, le chef ou l’autorité morale du parti, l’actionnaire majoritaire ou principal, a la voix prépondérante, use de son veto et impose sa signature. Ainsi fonctionnent la majorité des partis politiques.

« Par conséquent, tant que le peuple, dont émanent les militants des partis politiques, croupit encore dans l’extrême pauvreté et dans la misère noire, « Mission Nouvelle » demeurera un mouvement... visant le changement politique véritable. Elle n’opérera en parti politique qu’au commencement de la reconquête réelle du pouvoir d’achat et, surtout, du pouvoir de participation civique et politique par le peuple congolais, précisément en qualité de consommateurs et de citoyens »

CTMT : Et qu’est-ce que ça fait, un parti politique, c’est aussi du business?

CKL : Cette réalité attriste. Elle m’est particulièrement gênante. Par conséquent, tant que le peuple, dont émanent les militants des partis politiques, croupit encore dans l’extrême pauvreté et dans la misère noire, « Mission Nouvelle » demeurera un mouvement et un groupe de pression visant le changement politique véritable. Elle n’opérera en parti politique qu’au commencement de la reconquête réelle du pouvoir d’achat et, surtout, du pouvoir de participation civique et politique par le peuple congolais, précisément en qualité de consommateurs et de citoyens. Pour ce qui concerne le pouvoir de participation civique et politique, cela sera possible, selon « Mission Nouvelle », grâce à l’instauration d’un Fonds de Solidarité  et de Participation civique et politique. Lequel fonds permettra une rétrocession minimale en monnaie nationale à tout congolais âgé d’au moins 18 ans, afin de répondre tant soit peu à ses besoins de participation aux activités de développement civique et politique. Parce que « Mission Nouvelle » vise la maturité démocratique, c’est avec et seulement pour le peuple, dont elle fait partie, qu’elle se battra pour que soit votée la loi sur la rétrocession de participation civique et politique. Et je vous assure que cette loi sera d’application en RD Congo. Au moment venu, « Mission Nouvelle » apportera des détails sur cette proposition. Tenez, si le coût d’installation et d’agrément d’un parti politique quelconque ont couté 100.000 dollars américains que seuls trois ou cinq cadres politiques ont apportés, en une année, 10.000 militants bénéficiaires du fond de participation civique et politique peuvent pleinement s’approprier financièrement le parti politique aux titres de membres effectifs et contribuables, être capable de voir ou viser le sommet du parti politique et savoir tracer, chacun, le chemin pour y accéder. Cette disposition évitera le règne éternel des privilégies ou la domination d’une caste de privilégiés sur la majorité de militants, c’est-à-dire tous les membres du partis seront égaux et capables de prendre part activement à la compétition interne en tant qu’électeur et candidat à tous les niveaux, comme cela se passe sous d’autres cieux, dans les pays organisés ou développés. Et la démocratie véritable s’installera durablement en se consolidant. La république sera également accomplie et brillera à mille étoiles. C’est un des meilleurs héritages à léguer aux générations futures. Un changement des pratiques politiques aux couleurs et aux dimensions profondément démocratiques. Cette anomalie est observable pas uniquement en RD Congo. Beaucoup de pays africains, asiatiques et sud-américains en souffrent, peut-être à un degré moins accentué que celui de la RD Congo. Je pense qu’il est grand temps d’opérer des réformes nécessaires dans la vie démocratique à travers toute l’Afrique.

« Mission Nouvelle » n’a  nullement l’intention de marcher sur Kinshasa et sur les cadavres. A travers son manifeste, il souligne que, avec de lourdes pertes en vie humaine depuis des années parmi les populations, la violence armée se révèle aujourd’hui une option de triomphe politique en voie de caducité en RD Congo et n'offre pas les chances d'un exercice du pouvoir aisé, large, stable, fructueuse et durable »

CTMT : La sortie médiatique de la « Mission Nouvelle » avec Alain Daniel Shekomba a créé un séisme dans les milieux politiques de la RD congo. La lutte contre les « vampires » politiques  est mal vue apparemment?

CKL : A bien voir, « Mission Nouvelle » ne peut pas faire peur. 

L’on dira mieux : plus de peur que de mal. « Mission Nouvelle » se veut un nouvel allié de l’ensemble du peuple congolais et des forces acquises au changement sans discrimination. Elle est une réunion et l’usage positif des énergies et intelligences vives des domaines scientifiques, technologiques et techniques.  Elle n’est nullement un complot contre un regroupement ou un parti politique, un acteur politique, le pouvoir actuel ou l’opposition politique. Bien au contraire, elle envisage une révolution démocratique, républicaine, mentale et tranquille capable de tirer tout le monde au pays de la spirale des péchés liés à la gestion des biens du pays, à la préservation des valeurs et à l'ouverture avertie au reste du monde:  sauver tout le peuple congolais, et ceux qui sont au pouvoir, et ceux qui sont dans l'opposition institutionnelle ou non institutionnelle. Son manifeste est bien clair sur cet aspect de la démarche néo-missionnaire. Parce que « Mission Nouvelle » est aussi une démarche spirituelle, nous pensons qu’il est grand temps que certains assermentés de Dieu, particulièrement ceux du courant chrétien, de cesser de prêcher le « Moyen Testament » c’est-à-dire livrer au public des enseignements ou poser des actes qui n’ont aucun rapport avec les prescriptions de l’Ancien Testament ou du Nouveau-Testament. C’est aussi par ce « Moyen Testament » qu’on sacrifie et vampirise le peuple  Congolais. D’autant plus que la vampirisation du peuple et de la RD Congo dont parle Alain Daniel Shekomba résume l’accumulation barbare et malhonnête des biens et avoirs par une infime minorité ayant le contrôle du patrimoine national au détriment de la majorité. Face à des criminels économiques et spirituels, il est tout à fait normal d’inspirer les Congolais à mieux s’organiser pour verrouiller complètement les voies d’accès au pouvoir politique et à la notoriété publique.

CTMT : Donc, Mission Nouvelle veut, à son tour, marché sur Kinshasa?

CKL : « Mission Nouvelle » n’a  nullement l’intention de marcher sur Kinshasa et sur les cadavres. A travers son manifeste, il souligne que, avec de lourdes pertes en vie humaine depuis des années parmi les populations, la violence armée se révèle aujourd’hui une option de triomphe politique en voie de caducité en RD Congo et n'offre pas les chances d'un exercice du pouvoir aisé, large, stable, fructueuse et durable. L’unique projet que « Mission Nouvelle » tient à cœur, c’est celui de développer la RD Congo à partir de Kinshasa et par une révolution tranquille et pleinement républicaine.

 

« Il est vrai que les Néo-Missionnaires ne vont pas réinventer la roue. Mais, ils ont la possibilité d’en améliorer le poids, la matière, la couleur et l’épaisseur pour la rendre plus résistante, plus attrayante, plus souple et plus rapide. Comprenez bien mon image…Les Néo-Missionnaires ne sauront pas seuls résoudre tous les problèmes de la RD Congo. Mais ils savent bien donner le go au changement »

Ça les Néo-Missionnaires en sont convaincus. Avec des alliés et autres forces soucieuses de l’amélioration réelle des conditions de vie et d’existence du peuple congolais. L’heure du changement véritable a sonné. Et, sans passion ni complexe, ils sont prêts à débattre des affaires du Congo face à toute personne ou groupe également intéressé par la recherche des voies et moyens d’éradication de la crise multiforme que traverse ce sous-continent africain.

CTMT : « Mission Nouvelle » va donc seule tout changer au RD Congo?

CKL : Non. Les Néo-Missionnaires ne peuvent pas tout changer seuls. Ce qu’ils souhaitent changer principalement c’est les mauvaises et dominantes mentalités dans la gouvernance. Il est vrai que les Néo-Missionnaires ne vont pas réinventer la roue. Mais, ils ont la possibilité d’en améliorer le poids, la matière, la couleur et l’épaisseur pour la rendre plus résistante et plus rapide. Comprenez bien mon image…Ils ne sauront pas seuls résoudre tous les problèmes de la RD Congo mais ils savent bien donner le go au changement. Le premier objectif majeur de « Mission Nouvelle », c’est d’arrêter définitive la phase de destruction et œuvrer à l’instauration d’un cadre de  reconstruction sain et  sûr en faveur des Congolais et des autres peuples du monde.


Retour à la liste

Tribune d'actualités